AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



 

Partagez | .
 

 ébauches d'âme (pv)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Messages : 66



MessageSujet: ébauches d'âme (pv)   Lun 21 Avr - 21:00


trouvons des âm(i)es


ce ne sont que des ébauches, que des traits abstraits, dessinés d'un fusain plutôt gras. présents pour ceux qui sont en manque d'idées, ce ne sont que des extraits de personnage, une porte à ouvrir. dans certains cas, des têtes sont proposées pour aller avec l'idée dessinée ; il est à savoir que les têtes ne sont pas réservées et qu'il est possible qu'au moment de la lecture, l'avatar proposé soit déjà pris. surveillez donc le bottin, juste au cas I love you bien évidemment, ce ne sont que des idées, des propositions. vous pouvez sans problèmes prendre une autre tête que celles proposées.

merci de signaler dans votre fiche si vous tentez l'un des pvs, pour que l'on puisse le noter ici

LIBRERÉSERVÉPRIS


l'infirmière
l'enfant des rues
la princesse craquelée
le rock est mort
la fille du pirate
le juif concentré
la sorcière de salem
le suicidaire
l'accidentée
l'esclave





Dernière édition par 21 grammes le Dim 27 Avr - 2:03, édité 6 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://petite-mort.bbactif.com
avatar
Messages : 66



MessageSujet: Re: ébauches d'âme (pv)   Lun 21 Avr - 21:00


L'INFIRMIÈRE


Elle est belle ; une longue chevelure blonde, de yeux bleus, brillants comme le feu. Elle était belle, dans son uniforme d'infirmière, là, perdue au milieu de la guerre. Un caractère un peu tanguant, un peu larmoyant certainement, mais un cœur dur comme de la pierre et une voix qui hurle, porte. Une femme prête à être là, dans l'armée, qu'importe les lois indiquées. C'est bien pour cela qu'elle est devenue infirmière, au cours de la seconde guerre mondiale. Elle a pansé des plaies, apaisé les douleurs des soldats, même de ceux qui devaient mourir. Et puis, il y a eu lui. Un russe, grand ennemi. Un blessé, là, trouvé sur le chemin. Et elle l'a guéri. Elle a essayé, du moins, de le sauver. Malgré sa voix rêche, malgré ses mots poisons. Elle a essayé de le sauver, et pour cela, elle en est morte. Car on a vu, on a découvert. Interrogatoire musclé, sanglant, suivi d'une balle contre la tempe. Infirmière de haine maintenant, qu'elle est.
idées d'avatar: natalie dormer, elizabeth olsen



L'ENFANT DES RUES


Les rues de Londres sont sombres et froides, sales. Et elle l'a abandonné là, sa pauvre mère. Peut-être était-elle trop maigre, ou alors trop pauvre. Trop sotte aussi, certainement. L'orphelinat aurait pu faire, mais le pauvre enfant a été posé à même la crasse dégoulinante de la rue. Il a été recueilli par une femme du même milieu, une prostituée un peu vulgaire. Et il a grandi. Il a grandi sans jamais devenir un homme, n'étant qu'un voleur dans la rue, pillant passants et commerçants. Il était heureux, ce grand enfant. Il était heureux, à vivre au travers des rues et des rats, des putes et des malfrats. Mais les rues sont froides, comme les nuits. La maladie court et la peste, terrible, frappe. À quelques mois d'être homme, il meurt en 1665, comme plusieurs face à l'épidémie.
idées d'avatar : naleye jr. dolman, jaco van den hoven



LA PRINCESSE CRAQUELÉE


Tout ce qu'elle a bien pu faire, c'est aimer. Avec un coeur pur et bon, elle a aimé. Mais ce n'était pas la bonne personne, pourtant. Une femme, une princesse surtout, ce doit d'aimer un homme bon, et riche. Pourtant, il n'y avait aucune richesse. Il n'y avait aucun homme, également. Une servante, simplement. Une belle servante qui a pris son coeur, sans lui demander quoique ce soit, et qui lui a donné le sien, également. La princesse aurait pu se taire, et marier un homme. Vivre son amour en secret. Mais elle ne l'a pas fait. Elle a aimé, et elle l'a dit. Elle a parlé au nom de l'amour, avec la franchise du coeur. Le roi, il n'a pas aimé. Pauvre princesse, elle a vu son amour pendu. Pour la remettre sur le droit chemin, pour oublier le vice, aimer un homme, enfin. Pauvre princesse, elle n'a pas survécu à une peine d'amour. Le coeur s'est brisé et elle s'est laissée assécher, comme une fleur l'aurait fait, sans eau. Et le plus triste dans tout cela, c'est qu'elle n'est pas ici, la servante de son coeur.
idées d'avatar : adelaide kane, phoebe tonkin, caitlin stasey
époque au choix




LE ROCK EST MORT


Il avait les vinyles des rois de l'époque. Il avait les guitares, le micro et le groupe. Les pantalons de cuir et les t-shirt usés. Et pourtant, il n'avait pas la voix, le coeur, le talent. Il a essayé, pourtant. Il a essayé et ils ont fait quelques albums, même. Et pourtant, le groupe, il n'a jamais été connu. Le rock, il était mort pour lui. Il continuait d'y croire, pourtant - trop bête, trop naïf, trop têtu - jusqu'à la dernière seconde, certainement. Malgré l'argent qui n'était pas là, les boulots de merde dans les boutiques de merde, il a continué. Pauvre rockeur, il est mort dans un braquage de banque, simple otage. Et il a osé croire, dans la mort, que les gens se souviendraient. Que les gens apprendraient à connaître le groupe et sa personne, après une mort aussi tragique, vive. Parfois, il se présente, alors. Il parle de ce groupe qui n'a jamais été connu, l'espoir dans l'âme que quelqu'un, n'importe qui, se souvienne de lui,  d'eux. Ce n'est jamais le cas, pourtant. Ça n'a pas encore été le cas.
idées d'avatar : aaron johnson, ben barnes, robert sheehan



LA FILLE DE PIRATE


Ce n'est pas du sang, non, qu'elle a dans ses veines. C'est l'eau de la mer, l'eau salée des caraïbes, de la liberté. Le souffle du vent dans ses cheveux longs. L'alcool qui glisse, le long de sa gorge. Des hommes barbares à ses bottes, pour ne pas déplaire au père, pour ne pas passer par dessus le pont. Princesse de la mer, elle avait ce sourire sur ses lèvres. Ce bonheur à son coeur, qu'importe les vols et les morts qui pouvaient prendre place, sur son chemin. Une pirate ne s'attarde pas sur ça. Elle ne vivait que pour l'eau, et elle y est morte également. Coups de canon et combats de pirates sur la mer, au milieu de nulle part. Elle s'est accrochée jusqu'à la fin, comme son père. Elle s'est battue, mais le bateau a coulé. Et qu'importe les bouts de bois qui flottaient et la force de ses bras, elle est morte sur la mer. Son amour ne s'est pas éteint, pourtant. On la voit souvent, encore, sur le bord d'océan sans fond. Peut-être prend-t-elle le large, parfois.
idées d'avatar : keira kightley, ashley smith



LE JUIF CONCENTRÉ


Camp de concentration de Neuengamme, 1943. Il n'a rien fait de mal. Ce n'est qu'une culture, qu'une religion. Qu'un homme, perdu au milieu d'une guerre qu'il n'a pas demandé. Un homme qui se fait capturé, mis en camp de concentration, alors qu'il se trouve à n'avoir que vingt-cinq années à son horloge. Il essaie de s'accrocher, pourtant. Les journées sont longues et les élans de rébellion, maigres, ne font que des ecchymoses contre sa chair. La nourriture manque et chaque vision supplémentaire à sa vie chamboule son existence. Trop de morts, trop de corps. Trop de douleurs, trop de tristesses. Il tient longtemps, pourtant. Presque assez longtemps, même. Il meurt au début de l'année 1945, quelques mois avant que le camp ne soit libéré par l'armée anglaise. Et même dans la mort, il voit ces images, dans ses pensées. Âme peinée, il porte sa douleur et ne s'en détache pas. Il ne s'en détache jamais.
idées d'avatar : daniel radcliffe, hugh dancy, ben whishaw  



LA SORCIÈRE DE SALEM


Elle était en harmonie avec la nature et ses habitants. Elle faisait des onguents et des pommades à l'aide de plantes, de pétales et de racines. Rien de sorcier. Il suffisait de connaître les plantes, le monde naturel qui entoure. Mais les gens, ils ne comprenaient pas. À Salem en 1692, les gens étaient perdus dans l'obscurité et la peur. Ils ne voyaient que des sorcières. Ils ne voyaient que cela, en elle. Douce fleur, tendre vierge. Elle était bonne, presque sainte. Et pourtant, on lui a passé la corde au cou. Elle a été pendu, comme tant d'autres. Pendue pour quelques pots de crèmes et d'onguents. Le coeur n'est que fragments face à la situation. Elle est brisée, la pauvre sorcière. Incapable de faire confiance, malgré les siècles passés. Le corps se tend et les sourcils se froncent ; elle n'a pas confiance.
idées d'avatar : amanda seyfried, sophie turner



LE SUICIDAIRE



Des pixels plein les yeux. Les doigts musclés, le corps maigre. Toujours là, sur son ordinateur, à jouer à des jeux en ligne. World of warcraft jour et nuit. Des livres fantastiques sur le bureau, des sacs de chip traînant au sol. Des insultes, dans le couloir de l'école. Des rires un peu gras dans son dos trop maigre. Toujours dernier dans les jeux de sport.Toujours seul, à défaut de vouloir être pris avec les autres minables, les autres faibles. La tête pleine de pensées. La tête en enfer, dans la noirceur. Une envie de massacrer les cons, la faiblesse de ne pas le faire. Un lâche, caché derrière son écran et ses romans. Il prend les claques, les rires et les conneries. Il prend tout et rage dans son coin, sur les forums ou dans ses bras, en jurant tout bas. Il est lâche, et au final, il prend les médicaments de maman. Il prend tout avec de l'alcool, assez pour faire éclater son système et quitter la vie à tout jamais.
idées d'avatar : sylvester ulv, ethan james



L'ACCIDENTÉE


Un peu d'alcool dans le sang. Une fête, pour ne pas changer des autres jours. Des étudiants saouls, la musique qui joue un peu trop fort, à en faire trembler les murs. Une adolescente encore enfant, qui pense être adulte depuis un moment, maintenant, pendue au bras de son petit ami. Petit ami qui a bu beaucoup plus qu'elle, certainement. Un peu tanguant, mais si beau, sur sa moto. Lui murmurant des mots à l'oreille, l'invitant à passer la nuit chez lui. Elle sourit, la belle, et ne peut s'empêcher de dire oui. Elle est insouciante, ne pense pas à l'alcool, ni à la vitesse. La moto dérape, pourtant. Il meurt sur le coup, se brise la nuque. Pas elle. Non, pas elle. Un coma profond, presque trop long. Semaines, mois. Et puis l'abandon, enfin. Les parents en larmes et les machines qui se débranchent. La fille qui ouvre les yeux, prend conscience de nombreux mois plus tard, ici. Elle ne se souvient pas. Ne comprend pas grand chose.
idées d'avatar : dasha sidorchuk, bryden jenkins



L'ESCLAVE


Été 1842. Louisiane. Il s'en souvient encore ; du soleil contre son dos. Ou plutôt des rayons contre les plaies béantes incrustées sur sa peau. La douleur est insupportable. Ce doit être pour ça qu'il chante si fort. Pour faire taire hurlements et coups de fouet tout autour de lui. Sa silhouette se courbe dans les champs depuis le petit matin. Ses doigts saignent, à casser la canne à sucre de façon trop habituelle. Un robot. C'est ce qu'il est.
Moins bien traité qu'un humain.
Considéré comme un animal.
Une machine de travail.
Ce matin là, c'est son ventre qui gronde. Il ne sent que lui, se tordre sous sa peau et faire des siennes. Ses muscles réclament un peu d'énergie mais il n'y a rien que la chaleur à respirer. Moins efficace, son corps sombre doucement dans la pitié. La peau sur les os, les poumons brûlants sans même fumer. Un cancer s'est peut-être incrusté contre ses cellules. Qu'importe, c'est sans importance parce qu'il le voit, le Maître. Le grand, le beau, le blanc, l'intouchable. Il le voit surgir sur l'horizon et s'approcher.
La tête se baisse. Les larmes ne coulent pas, trop desséché pour cela. L'homme prie pour sa dernière heure. L'homme n'en peut plus.
Fin non, pas Homme.
Singe, comme le Puissant s'amuse à les appeler. Eux tous, pourtant taillés uniquement pour le servir. L'esclave se tourne et les coups de fouet ne tardent pas à épouser sa peau. Il sent sa caresse brûlante et ensanglantée. Le sang qui coule contre ses jambes et les vêtements qui s'enfoncent dans sa chair. Ses yeux se lèvent une dernière fois vers ce soleil de plomb et le corps s'effondre. Tout n'est que souffrance. Le cœur s'arrête. Des regards se posent sur lui, une seconde, avant de retourner sur les cannes à sucre pour ne pas subir le même sort. Ce n'est qu'un mort de plus après tout. Monnaie courante dans les plantations de Louisiane.
idées d'avatar: adonis bosso,

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://petite-mort.bbactif.com
 

ébauches d'âme (pv)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LA PETITE MORT :: les âmes s'éveillent :: fantômes d'amour-