AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



 

Partagez | .
 

 (Marley) I'm going to die whatever you do, but I'm not afraid.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Messages : 15



MessageSujet: (Marley) I'm going to die whatever you do, but I'm not afraid.   Sam 17 Mai - 18:50



MARLEY WHEELER

I'm going to die whatever you do, but I'm not afraid.

prénom et nom Marley Wheeler âge de décès Tu avais seulement seize ans. date du dernier souffle C'est le vingt-trois janvier de l'année 2013 que pour l'ultime fois ton sang à coulé. lieu(x) de vie Tu vivais dans l’orphelinat du quartier de Watts, à Los Angeles. attirance d'âmes Masculines, indéniablement, définitivement. coeur mort Dans ta vie, il y avait lui. Mais il n'est plus. Ou plutôt toi, tu n'es plus. Alors tu le remplaces, comme tu peux, tant que tu veux, bien souvent sans que tu le veuilles. occupation fantomatique Tes doigts semblent glisser, se mouvoir eux-même. C'est bien la seule chose que tu sais faire, de la musique. Le piano, le seul instrument que tu connaisses, dont tu sais jouer, qui te fais vibrer, t'évader. cause de la mort Ton sang a coulé sans que tu ne saches comment, sans que tu ne saches pourquoi. D'un coup, comme ça. Tu le regardais, puis tu as baissé ton regard pour visionner tes mains pleines de sang. Mains que tu avais précédent posée sur ton ventre. Ce ventre dans lequel il y avait un trou. Fin, précis, par lequel tu te vidais de ton sang, de ton âme.

pseudo/prénom Minie./Jennifer âge Vingt ans boussole Là où tu ne regardes pas avatar Kristina Bazan cadavre exquis  


“Même si je suis décédée je crois qu’il me reste une larme à verser”

Exubérante, tu l'es. Tu aimes te montrer, tu aimes que l'on te voit. Enjôleuse aussi, car par-dessus tout tu aimes que l'attention soit sur toi, qu'on ne veuille personne d'autre que toi. Libre, oui tu te sens libre, tu vis ou survis comme si tu étais libre, sans attaches, sans devoirs, sans réfléchir à quoi que ce soit, ce qui te laisse paraître un brin naïve, car tu n'as pas besoin de voir pour croire. Non, tu te laisses emporter par quiconque, n'importe où que ce soit. L'imprudente que tu es se plaît à accorder sa confiance bien trop facilement. Mais qu'as-tu à perdre ? Plus grand-chose maintenant. Et pourtant tu es rebelle, comme en crise d'adolescence perpétuelle. Tu es à la recherche de ton identité, si toutefois tu en as encore une. Souvent débauchée, parfois insolente, tu manques définitivement de tact et pourtant, tu restes constamment si secrète. Tu es un vrai mystère. Un mystère attirant, enivrant.




Dernière édition par Marley Wheeler le Sam 17 Mai - 20:37, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Messages : 15



MessageSujet: Re: (Marley) I'm going to die whatever you do, but I'm not afraid.   Sam 17 Mai - 18:51


LA MORT

Because two can keep a secret, if one of them is dead.


Le monde aurait connu sans doutes les mêmes jours et la même histoire sans ma naissance. Qui suis-je ? Dossier numéro 19452 de l'orphelinat du quartier de Watts, à Los Angeles. Petite blonde aux yeux clairs, dont le passé semblait s'être effacé. Qui était-elle, d'où venait-elle ? Personne ne le savait vraiment, pas même moi.

Une chaise, un bureau. Des enfants souriants, avenants. La pluie battant sur les carreaux, des éclats de rire, des paroles, des conversations échangées. Et moi. Seule, assise dans cette chambre qui semblait être la mienne. Ou peut-être pas, car au fond, y avait-il seulement quelque chose qui m'appartenait ? J'avais dix ans. Peut-être moins, peut-être plus. Et mon prénom était Marley, mais celui-ci n'était que supposition. Supposition devenue réalité par la force des choses, faute de preuves concrètes. Une allumette, une feuille de papier. Un craquement, des étincelles et une voix dure, mais pas moins affolées. « Arrête ça tout de suite ! » Vêtue d'une longue robe d'un vert délavé, cette femme me fixait de son regard le plus dur. Les rires sur turent et j'avais l'impression d'être seule, face à cette femme qui ne m'appréciait pas. La quinzaine d'enfant qui partageaient avec moi cette chambre bien trop petite s'étaient comme envolés. Sûrement se cachaient-ils, apeurés par la simple idée de se voir assimilés à moi. Les autres enfants me craignaient, mais je ne savais pas pourquoi. Au fond, n'étaient-ils pas semblable à moi ? Abandonnés à leur sort, sans quiconque pour les guider. Ne devrions-nous pas nous lier ? Nous rapprocher et trouver en l'autre cette reconnaissance tant recherchée. Visiblement non. Une légère fumée noire s'envolait vers le plafond décrépis, avant que la femme ne jette un verre d'eau sur la source de l'embrasement. Avortant ainsi ma tentative. Quel but avais-je en faisant cela ? Je ne sais pas. M'amuser, peut-être. Passer le temps, sûrement. Nuire à ces gens ? Aucune idée. Était-ce une bonne chose que de se distraire avec le feu ? Tant de gens m'avaient répétés que non et pourtant, je ne comprenais toujours pas pourquoi. Comme je ne comprenais pas ce que je faisais là.

Une année s'écoula. L'orphelinat dans lequel je vivais semblait se dégrader de jour en jour, tout comme l’atmosphère du quartier. Hurlements et coups de feu berçaient nos nuits. Nos journées. Les distractions étaient rares et je n'avais pas l'impression de vivre, mais plutôt de survivre. Chaque jour, j'avais l'impression de me battre pour rester en vie, sans même savoir pourquoi, pour qui, j'existais. Personne ne voulait de moi. Parfois, des gens passaient, me regardaient. Regardaient les autres enfants. Mais seuls les plus jeunes s'en allait. Souvent, on me répétais qu'à presque douze ans, personne ne voudrait de moi. Trop vieille. Pourtant, n'étais-je pas toujours une enfant ? Je ne comprenais pas. L'animosité que les autres enfants avaient envers moi ne semblait pas s’apaiser. Pourtant, je m'étais fais un ami. Edward. Comme moi, il ne savait pas d'où il venait, mais contrairement à moi, il se souvenait de son passé. Parfois, je jalousais cette mémoire, car moi aussi j'aurais voulu avoir des souvenirs autres que cet orphelinat. Mais d'autres fois, je me pensais chanceuse, car souvent la vérité n'est pas bonne à entendre. D'ailleurs, une empathie certaine s'emparait de moi à chaque fois qu'Edward me racontait son histoire. Ainsi, je m'estimais bienheureuse de ne rien avoir à lui raconter de plus horrible encore. Pourtant, cela demeurait frustrant. Ne pas savoir qui ont n'est, ni ce qu'on a fait les dix premières années de notre vie. N'avoir aucun but, aucune histoire, aucun véritable nom. Une identité fictive, une vie fictive. Avais-je réellement ma place dans ce monde ? Jamais je n'ai su répondre à cette question.  Et peut-être jamais ne le pourrais-je.

Je grandissais et les gens me cataloguaient comme non fréquentable. J'étais souvent à part, pour ne pas dire tout le temps. Ayant pour seule compagnie Edward. Il était mon repère, le seul que j'avais. Nous nous étions promis de combattre ensemble, de rester ensemble. C'est avec lui que j'avais fumé ma première cigarette, bu ma première goutte d'alcool et plané pour la première fois. C'est avec lui que je volais dans les magasins pour m’approprier des choses que jamais je n'aurais autrement pu avoir. Et c'est aussi avec lui que pour la première fois, j'avais connu l'amour. Du moins le temps d'une soirée, avant de véritablement me rendre compte de ce qu'était l'amitié. Nous étions certes liés par le cœur, mais d'une manière fusionnelle. D'une manière que seul nous comprenions. Avec lui, j'ai appris à vivre et encore aujourd'hui je remercie le ciel de l'avoir placé sur ma route. Nous étions les bêtes noires de l'orphelinat, les délinquants comme ils se plaisaient à nous appeler. Toujours à deux. Toujours fourrés dans les mauvais coups, ou en compagnie de caïd du quartier. Nous avions su nous faire un nom, nous faire respecter, nous démarquer des autres orphelins. Peut-être pas de la meilleure manière qui soit, mais cela nous comblait. Le soir, nous traînions souvent dans les rues de Watts, contre l'avis des dirigeants de l'orphelinat bien entendue. C'était le seul moment où nous nous sentions libres. Parfois même un peu trop. C'était notre échappatoire, notre routine quotidienne. Pourtant, un soir, alors que nous étions dans les rues du quartier, une bagarre éclata. Il n'était pas rare que deux bandes rivales s'affrontent dans ces rues mal famées, mais ce soir-là, tout semblait prendre d'énormes proportions. Des couteaux, des armes. Des noirs, des blancs. Du sang, des cris.  Nous étions prit dans la tourmente contre notre gré. Un homme d'une vingtaine d'année, mais dont le visage en paraissait vingt de plus m'avait agrippé et traîné sur plusieurs mètres, m'obligeant à rentrer, mais je m'étais débattu, enfuie, ou plutôt j'étais restée. Je n'avais retrouvé Edward que quelques minutes plus tard, à force de tourner dans ce champs de bataille. Couvert de sang. D'un sang qui n'était pas le sien. D'un sang qui coulait aussi sur mes mains sans que je ne sache d'où il vienne. Et un bruit sourd, puis une douleur, fulgurante, mais qui paraissait tellement irréelle. Pourtant lorsque mon regard se baissait, j’apercevais sur mon ventre une plaie béante, une plaie dont coulait mon âme, mon sang. Une minute, peut-être deux. Edward ne me lâchait pas du regard et ses mains rouges tenaient mon visages alors qu'au même moment des larmes coulaient sur ses joues. Tout devenait calme, si silencieux et pourtant sa bouche s'étirait comme dans un cri. Et mon regards se floutait, mes pupilles se fermaient, toujours plus, jusqu'au noir complet. Un dernier souffle. Un dernier souffle de vie s'échappait de mon corps et je m’éteignais, définitivement. Du moins c'est ce que je croyais.

Nos chemins se séparaient. J'aurais voulu pleurer. Et pourtant, une part de moi était heureuse. J'avais seize ans et j'allais enfin pouvoir me créer d'autres souvenirs que ceux de l'orphelinat, aussi possiblement mauvais seraient-ils.


Dernière édition par Marley Wheeler le Sam 17 Mai - 19:51, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Messages : 132



MessageSujet: Re: (Marley) I'm going to die whatever you do, but I'm not afraid.   Sam 17 Mai - 19:12

Une pianiste I love you bienvenue ici, j'ai hâte d'en savoir plus sur la jolie


TOI, SANGLANT
il y a ton sang dégoulinant de moi. le nectar obscur de ton être, le dernier souffle de ton corps ; et je prends tout, sans la moindre gêne. j'arrache ta beauté à coup de couteau, à coup de dents pour la donner à la princesse. à la plus belle.  
© ZIGGY STARDUST.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Messages : 15



MessageSujet: Re: (Marley) I'm going to die whatever you do, but I'm not afraid.   Sam 17 Mai - 20:14

Merci à toi  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Messages : 132



MessageSujet: Re: (Marley) I'm going to die whatever you do, but I'm not afraid.   Sam 17 Mai - 21:04


oh c'est triste, surtout que la pauvre n'avait même pas atteint l'âge adulte et edward qui se trouve toujours en vie   j'espère que la plaie est pas trop monstrueuse contre sa peau, sinon elle pourra pas trop bronzer sous la lune - ouais je sors - Arrow d'habitude j'ai un peu de mal aux mots écrits au passé, mais ton histoire je l'aime cette petite

Ce n'est pas le paradis, non, et encore moins l'enfer qui t'accueille à bras ouvert. C'est l'entre-monde, lieu étrange et pourtant brillant, qui t'attend. Tu as ta place ici, maintenant. n'oublie pas de trouver ta demeure et de l'indiquer à tous ici ainsi que de noter l'occupation de ton personnage ici pour que tous soient informés



TOI, SANGLANT
il y a ton sang dégoulinant de moi. le nectar obscur de ton être, le dernier souffle de ton corps ; et je prends tout, sans la moindre gêne. j'arrache ta beauté à coup de couteau, à coup de dents pour la donner à la princesse. à la plus belle.  
© ZIGGY STARDUST.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: (Marley) I'm going to die whatever you do, but I'm not afraid.   

Revenir en haut Aller en bas
 

(Marley) I'm going to die whatever you do, but I'm not afraid.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LA PETITE MORT :: les âmes s'éveillent :: souffles d'âme :: souffles vifs-